Témoignages

Accueil > Témoignages
Annie, 47 ans

Lorsque survient l’accident, on se demande ce qui nous arrive.

Vient ensuite l’hospitalisation, qui je crois, me rassurait parce que j’étais zen.

Ensuite, on vous dit qu’il faut aller le plus vite possible en centre de rééducation. Là, tout s’enchaîne dans votre tête, toutes les questions, même aux ambulanciers qui ont fait le transfert : « Pensez-vous que je vais récupérer ? » Bien sûr, personne ne peut savoir, on veut vous rassurer et là, dans ma tête, tout d’un coup, je sens une force qui me dit d’y mettre toute mon énergie. Alors c’est parti pour 5 mois de rééducation avec des hauts et des bas.

Puis retour à la maison avec pas trop d’envie. On est bien dans le centre, on est dans un cocon mais on vous dit : « Il faut partir ».

Retour à la “vraie” vie. Début du parcours du combattant avec des visites à “la Sécu” d’où on ressort complètement dégoûté, anéanti. On vous dit : « Madame, il faudrait penser à retravailler, ça fait presque un an que vous êtes en arrêt de travail ». On se demande s’il fait la différence entre un AVC et le reste, et même s’il sait ce que c’est.

Arrive la fin de la rémunération au bout de trois ans, et là, on se sent de nouveau perdu. « Mais que vais-je bien pouvoir faire maintenant ? » Impossible de travailler comme avant bien sûr, alors on se sent rabaissé, on se dit qu’on ne sert à rien. Vient le moment où les questions se bousculent dans votre tête. Il faut tout recommencer à zéro ; ce n’est pas possible !…

On se dit qu’il est impossible de faire un boulot physique comme avant. On se dit des jours : pourquoi suis-je encore là ?

Heureusement, il y a des services qui sont là pour vous aider, pour vous aiguiller dans vos recherches. Car il ne faut pas laisser à l’écart le côté psychologique, c’est important pour nous. Et là, on vous propose une formation pour 5 mois, on est super content, enfin, on va servir à quelque chose… mais au fond de nous, une question se profile : Et après ?

Et aussi...