Vie à domicile

Accueil > Rechercher un soutien > Vie à domicile

A la suite d’une lésion cérébrale acquise, la vie à domicile est complexe : les attentes sont souvent plus grandes que les possibilités. L’autonomie de la personne cérébro-lésée est réduite et les relations familiales sont bouleversées. La personne et sa famille peuvent se faire aider.

Les difficultés rencontrées

La personne a des difficultés dans sa vie quotidienne : faire des choix, organiser sa journée, faire ses démarches administratives (la situation de handicap recquiert beaucoup de démarches).  Pour les plus dépendants, la toilette et les repas sont compliqués. Les relations avec les proches sont à re-construire.

Les aides

Des services médicaux-sociaux assurent un soutien à la personne cérébro-lésée et à son entourage :

  • identification et compréhension des problèmes rencontrés
  • mise en place d’activités de loisirs, de socialisation
  • accompagnement dans les démarches administratives
  • coordination des soins

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) est un droit qui permet de compenser les conséquences du handicap dans la vie quotidienne. Cette prestation est soumise à conditions.

Elle finance les charges induites par la situation de handicap :

  • coût des auxiliaires de vie,
  • dédomagement des aidants familiaux,
  • coût des aides techniques : aménagement du domicile, fauteuil roulant…

A qui s’adresser ?

Dans chaque département, la Maison Départementale des personnes Handicapées (MDPH ou MDA en Isère) dispose d’un service d’informations qui vous renseigne.
Dans de nombreux départements, des services spécialisés existent. Les centres de ré-éducation peuvent vous les indiquer.

En Rhône Alpes, le Resaccel dispose d’un annuaire des établissements et services accueillant les personnes cérébro-lésées.

En Isère, la Maison Départementale de l’Autonomie (MDA) vous oriente.
Les équipes mobiles (pour adultes et enfants cérébro-lésés) sont des dispositifs adaptés au retour et au maintien à domicile (lien interne). Ces équipes dépendent du CRLC à Grenoble et de l’hôpital de Tullins.