La lésion cérébrale acquise

Accueil > Mieux connaître le handicap > La lésion cérébrale acquise

On parle de lésion cérébrale quand le cerveau a été endommagé. Le terme consacré est “atteinte du tissu cérébral”. On parle de lésion acquise lorsque cette atteinte a eu lieu après la naissance.
Le cerveau de la personne après l’atteinte n’est plus tout à fait le même qu’avant. Il ne fonctionne plus tout à fait de manière identique. 

Les origines d’une lésion cérébrale acquise sont de deux ordres :

• Traumatique : c’est le traumatisme crânien qui peut entraîner des hématomes intra-cérébraux (dans le tissu cérébral), des hématomes extra-duraux ou sous-duraux (au niveau des méninges, membranes qui entourent le cerveau), des lésions axonales diffuses (lésions diffuses des cellules nerveuses), un œdème cérébral…

Le traumatisme cranio-cérébral s’accompagne souvent d’une perturbation de l’état de conscience qui peut aller d’une confusion minime à un coma profond dans les cas graves. Ce changement d’état de conscience peut être de très courte durée ou se prolonger pendant plusieurs jours ou même plusieurs mois. 
La localisation de l’atteinte cérébrale peut varier en fonction du point d’impact, elle peut être  focalisée ou  diffuse.

• Médical : Le tissu cérébral peut aussi être endommagé par maladie, dont les plus fréquentes sont :

  •  accident vasculaire cérébral (AVC) : soit hémorragique (rupture d’un vaisseau au  niveau du cerveau), soit ischémique (lorsqu’un vaisseau se bouche)
  • tumeur cérébrale nécessitant parfois intervention neuro-chirurgicale et/ou traitements médicaux lourds
  • infection : méningite, méningo-encéphalite infectieuse
  • inflammatoire : méningo-encéphalite non infectieuse
  • anoxie cérébrale : par manque d’apport d’oxygène au cerveau, par exemple lors d’un arrêt cardiaque, d’un étouffement, noyade…

Ces différentes atteintes vont produire des troubles et dysfonctionnements de l’organisme humain et du cerveau lui-même. Ceux-ci vont parfois être provisoires – et être récupérés ensuite, aidé par de la rééducation, mais ils peuvent aussi être plus durables. On considère qu’après 3 ans d’évolution, les troubles sont stabilisés et on parle alors de séquelles.

La complexité des problèmes vécus par les personnes provient du fait que le cerveau étant atteint, toutes les dimensions du comportement humain peuvent être altérées, et ceci de manière très différente selon les individus.